Bombe US désamorçage le 1er avril

Dimanche 1er avril

Le désamorçage de la bombe, découverte au pied des remparts du château il y a cinq mois, aura lieu le dimanche 1er avril.
Le périmètre de sécurité de 400 m établi autour de l’engin explosif datant de la Seconde Guerre mondiale englobe notamment l’hôpital et ses maisons de retraite ainsi qu’une partie du centre-ville.



Une opération inédite en France

Par le passé, un ou deux établissements de santé ont déjà dû être évacués à l’occasion d’une telle opération ; mais pour un hôpital entier, avec ses maisons de retraites, ses services d’urgence et de soins continus cela constituera une première sur le territoire national.
Ainsi, 150 patients et résidents devront être transférés au Forum, la salle de spectacle de la Ville. Ce dispositif d’évacuation de l’hôpital et de ses services sera progressif et se déroulera sur deux semaines.


1700 habitants évacués

Près de 1700 habitants se situant dans le périmètre de sécurité devront quitter leur domicile ce dimanche 1er avril. À partir de 10h seul le personnel du service de déminage de la Préfecture sera autorisé à pénétrer dans le périmètre.
Le désamorçage de la bombe devrait durer une demie heure si tout se passe bien et jusqu’à trois heures en cas de complications.
Cette journée un peu particulière, prendra fin vers 17h avec la possibilité pour tous de retrouver son habitation.

Pour télécharger le plan, cliquez ici


Bien entendu, le Château Guillaume le Conquérant sera fermé à la visite ce dimanche 1er avril.



Un dangereux témoin de la Seconde Guerre Mondiale.

Les 12 et 13 août 1944, la ville de Falaise subit un bombardement intensif lors de la « Bataille de la Poche de Falaise », dernière phase de l’encerclement des forces allemandes par les alliés.
Cette bombe américaine de 500 Kg (150 kg de coque d’acier pour 350 kg d’explosif) est un vestige de ces bombardements de l’été 1944 qui verra la ville détruite à 80 %. La Bataille de Normandie s’achève le 21 août 1944 à proximité de Falaise. Les violents bombardements aériens subis depuis le 6 juin, puis les combats terrestres, laissent la ville en ruines. Le centre-ville est presque entièrement rasé, environ 350 habitants ont été tués.
En 1948, la cité est élevée au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur et reçoit la Croix de Guerre avec Palmes. Seules vingt villes en France ont reçu cette distinction dont deux en Normandie : Caen et Falaise.