Sport

Des équipements de qualité pour la pratique de tous les sports :

  • Deux gymnases (La Crosse et Guillaume-le-Conquérant)
  • Deux complexes multisports (Espace Sportif Didier Bianco et Salle Multisports à dominante tir à l’arc)
  • Deux stades (Henri Moulin et Guibray)
  • Une salle de musculation (Dumont d’Urville)
  • Des terrains de tennis intérieurs et extérieurs (Hubert Stavaux)
  • Deux voies d’escalade (un mur en salle au Gymnase Guillaume-le-Conquérant, et une voie en nature au Mont Myrrha)
  • Deux terrains de proximité, les city stades (à la Fontaine Couverte et à la Pavanne)
  • Un boulodrome pour la pétanque (Léon Ruelle dans le Parc de la Fresnaye)
  • Un espace pour la boule lyonnaise (terrain Lesage)
  • Un skatepark
  • Une piste d’athlétisme (stade Henri Moulin)
  • Un centre aquatique (Hervé Baron)

Et deux équipements situés en milieu naturel, à l’exterieur de la Ville, au lieu-dit Saint Léger :

  • Un ball trap parmi les plus modernes de France
  • Une base motocycliste (Eric Levagresse)

 

 

 

Quelques chiffres clés du sport falaisien :

  • Plus de 3 300 licenciés
  • 26 clubs sportifs tous fédérés au sein de l’Entente Sportive Falaisienne (ESF), elle-même membre de l’Union Sportive du Pays de Falaise
  • 9 professionnels attachés au service des sports de la Ville pour entretenir les équipements
  • Des dizaines de bénévoles sans lesquels rien ne pourraient exister….

Pour tout renseignement

Service des Sports
Espace Nelson Mandela
Pl. Guillaume-le-Conquérant – 14700 Falaise

Tél. : 02 31 41 61 53

Les trois glorieuses du sport falaisien

Pensons aux « seniors » et rappelons les trois grands événements qui s’inscrivent en lettres d’or dans l’histoire du sport falaisien.

L’ère Raymond Martin

Pour les amoureux du vélo, un nom, une année et un lieu s’imposent tout de suite : Raymond Martin, 1972,Vitteaux, en Côte-d’Or… L’aboutissement d’une rencontre entre le gamin de Pont Erambourg et son mentor, Hubert Stavaux, qui le couvera comme un fils. Raymond, quatre fois champion de Normandie en cadets, juniors et seniors, champion de France cadets en 1965, éclatera en 1972 ; quatrième de la Route de France, vainqueur du Puy-de-Dôme, il bat le record de Bahamontès. Puis arrive le 16 juillet où ont lieu près de Dijon les Championnats de France Amateurs. Un car est parti la veille de Falaise : 31 supporters qui n’auront d’yeux que pour Raymond. Autour du président Henri Jardin et d’Hubert Stavaux, on retrouve les dirigeants de l’époque, les Bigot, Savary, Lemoine, Nicole, Demoor, Valrentin… Placés sur la ligne d’arrivée, ils vont assister à une course par élimination de 10 tours. R. Martin franchit la terrible « bosse » de la Justice avec aisance… Reste le sprint où le Falaisien domine Ovion, le champion du monde en titre ! Raymond, champion de France ; on imagine l’émotion de tous et l’ambiance dans le car du retour, avant d’aller réveiller Monsieur Alemany, le président des supporters pour boire un dernier verre à l’Hôtel de la Place, à 3 heures du matin ! Pour Raymond Martin, la belle histoire allait se poursuivre : sélection olympique à Munich, pour les Jeux de 1972, contrat pro avec Cyril Guimard et, en 1981, troisième place du Tour de France, vainqueur du « maillot à pois », après avoir passé en tête les quatre cols pyrénéens pour gagner à Luchon.

Le début de l’épopée du Hand

Le handball est né dans le Calvados, et à Falaise, en 1959. Il aura fallu 10 ans pour qu’il atteigne un début de notoriété. C’était en mai 1969 : pour la première fois, Falaise remportait le Championnat de Normandie et accédait au Championnat de France. Et, surtout, Falaise réalisait à Dives-sur-Mer un incroyable exploit : gagner la Coupe de Normandie en disposant en finale de l’ASPTT Evreux, club de Division 1, fort de ses 5 internationaux ! Plus de 200 supporters locaux avaient fait le déplacement, entourant le président Charles Gaignant et le Maire de Falaise, Paul German. Un déplacement sans grande illusion… Et pourtant ! Michel Petit avait bien préparé ses joueurs. Liègard et Leprevost réalisent des miracles dans les buts ; autour de Treignier, capitaine très lucide, Billoir, Hnatyszyn et Dedouit forment une défense de fer ; Lepage distille quelques passes éclairées qu’exploitent Lisowski et Baron ; Duchesne, Petit et Piquot profitent de toutes les contreattaques… L’exploit était au rendez-vous ! Une centaine de voitures allaient escorter la Coupe pour le retour à Falaise. Dans les véhicules klaxonnant, les supporters ne se doutaient pas qu’ils avaient été les témoins du départ de l’épopée du hand, depuis 36 ans, sans interruption, en Championnat de France !

L’âge d’or du Foot

Nous sommes en 1949. Pour mesurer l’exploit du Football Club Falaisien, il faut rappeler la hiérarchie de l’époque : deux divisions « pro », un championnat de France amateurs puis, dans chaque région, une division d’honneur (sur toute la Normandie), une promotion, une première division… Le président Chapet et le vice-président Turc vont bénéficier d’un « cru » exceptionnel qui remporte, coup sur coup, le Championnat de Normandie de 1re division, puis de Promotion d’Honneur. L’attaque falaisienne est redoutable : à lui seul Lucien Jourdan inscrira 105 buts, idéalement servi par les frères Kryszyck et Villy… Une attaque de légende qui allait s’illustrer en coupe de France en éliminant Bayeux, Alençon, Cherbourg et Laval en 32e de finale. « Nous avons gagné en Mayenne 4 à 2… J’ai vu des spectateurs lavallois déchirer leur carte de supporter » se souvient Lucien Jourdan, dernier survivant de l’équipe de Victor Villy. « Trois cars de Falaisiens nous accompagnaient et le retour ne fut pas triste ! ». Qu’importe qu’au tour suivant Falaise ait perdu (1-0) face à St Servan : l’histoire reste belle jusqu’en 1954… Fin de l’âge d’or. Mais Lucien Jourdan continuera à occuper l’actualité du football local : capitaine, vice-capitaine, président (de 1961 à 1970), élu de la Ligue, responsable de la Commission de Discipline, et cela jusqu’en 2002. Un bel exemple de bénévolat chez celui qui n’était au départ qu’un « chasseur » de buts !

Du lundi au vendredi
de 8h30 à 12h et de 13h à 17h,
ainsi que le samedi de 9h à 12h.